Actualité touristique

Thermorégulation et tonte chez les lamas

L’heure de la tonte approche au Parc naturel du Pain de sucre.

La tonte de nos animaux « à laine » a débuté mercredi 2 août 2017 par la Belle et impertinente Colchique, se poursuivra  jeudi 3 Août pour se terminer au plus tard vendredi 4 août 2017 au sein du Pain de Sucre.

Madame Jo CHEVALLIER s’est proposée de contribuer au bien-être de nos trois camélidés, qui grâce à elle, se refont une petite beauté.

Les visiteurs peuvent assister à cet événement !

Pourquoi il faut tondre les lamas….   Pour les plus curieux, nous vous invitons à prendre connaissance de l’article ci-après :


           La saison chaude est déjà bien installée à SALIES DE BEARN…Voici un article de Anja Schwalm paru dans le magazine allemand LAMAS de l’été 2016 et qu'il me semble intéressant de porter à la connaissance de tout le monde qui côtoient des lamas ou alpagas.

 

           La plupart des mammifères, et l'homme aussi, ont une température corporelle interne relativement constante. Chez les petits camélidés adultes, elle est comprise entre 37,5°C et 38,9°C. Les fonctions corporelles comme respirer, se déplacer, manger, digérer, produisent de la chaleur corporelle. Cette chaleur corporelle nécessaire peut être évacuée par l'intermédiaire des vaisseaux sanguins de la peau dans l'air ambiant. La transpiration est aussi une possibilité pour le refroidissement à travers l'évaporation de l'eau sur la peau.

 

En plus, une élévation  de la fréquence respiratoire augmente le dégagement de chaleur dans l'air expiré.

 

          Par leur laine très épaisse,  les lamas sont bien isolés, si bien que le dégagement de chaleur s'effectue en particulier au niveau des régions à poils courts, entre les jambes et dans la région ventrale connue sous le nom de fenêtre thermique Les différences de position et d'attitude peuvent faire varier la taille de cette fenêtre thermique et ainsi permettre une variation du dégagement de chaleur.

 

          La région d'origine des lamas c'est l'altiplano ce qui peut expliquer qu'ils sont plus à l'aise pour gérer les temps froids que les atmosphères chaudes et lourdes. Le stress de chaleur peut représenter dans les régions les plus chaudes un problème grave à prendre au sérieux quand des mesures préventives comme la tonte par exemple n'ont pas été prises.

 

          Le stress de chaleur consiste en une surchauffe corporelle qui, dans les cas les plus bénins, peut réduire la fertilité des mâles comme des femelles. Dans les cas plus sévères cela pourra aller de symptômes graves comme la perte d'appétit, l'apathie, les problèmes respiratoires, le gonflement des bourses testiculaires, l'œdème du poitrail et des membres, des paralysies…  jusqu'à la mort de l'animal.

 

          Les facteurs prédisposant  au stress de chaleur sont les températures élevées persistantes et un air brûlant. Les autres facteurs qui, ensuite, influencent négativement la thermorégulation sont l'activité physique, la gestation, les combats hiérarchiques, l'obésité et une laine longue, ébouriffée et feutrée. Egalement les lamas très jeunes et les malades ont une capacité réduite de thermorégulation. La tonte des lamas est communément recommandée comme prophylaxie du stress de chaleur.

 

          Le but de l'étude est de vérifier et de quantifier l'avantage de la tonte dans la thermorégulation. Cette étude a été conduite à deux températures ambiantes constantes de 20°C et 30°C. En plus, les différents types de tonte ont été comparés.

 

L'étude a été conduite sur des lamas mâles: 5 non tondus, 2 tondus à moitié (seulement thorax et abdomen) et 5 complètement tondus. Ont été mesurés la température rectale, la fréquence respiratoire et la fréquence cardiaque. Des enregistrements de thermographie infrarouge furent réalisés pour déterminer la température de la surface corporelle des lamas.

 

           Ces enregistrements permettent de déterminer précisément les températures de la surface corporelle à des températures ambiantes différentes .Elles permettent également de révéler les régions au niveau desquelles la chaleur du corps peut être évacuée dans les différentes façons.

 

Ainsi les températures de la surface du corps sont représentées en image, sachant qu’une température précise est rangée dans une tonalité de couleur. C'est ainsi que les images représentées révèlent que plus hautes sont les températures, plus claires sont les couleurs.

 

           A travers les enregistrements thermographiques on a pu constater que chez les lamas complètement lainés un dégagement de chaleur s'effectue seulement au niveau de la fenêtre thermique c'est à dire de la région périnéale, la région ventrale et entre les jambes. Par la tonte le dégagement de chaleur augmente.

 

Cela se constate par les plus hautes températures de la surface corporelle des régions tondues représentées par des tonalités plus claires dans l'imagerie thermographique.

 

         Cet avantage de la tonte dans la thermorégulation se reflète aussi à nouveau dans les paramètres physiologiques. Les lamas tondus montrent aussi bien  à 20°c qu'à 30°C des températures rectales plus basses ainsi qu'une fréquence respiratoire inférieure par rapport aux animaux non tondus.

 

         Pour les lamas tondus à moitié il n'a pas été constaté de différence significative avec les lamas non tondus en ce qui concerne la température rectale et la fréquence respiratoire à 30°C, si bien qu'il semble que cette façon de tondre n'apporte aucun avantage aux animaux pour leur thermorégulation à des hautes températures.

 

          Pour la  fréquence cardiaque il n'a été montré que des différences peu importantes entre les deux températures ambiantes.

 

           Au total il a été constaté que les lamas pouvaient relativement bien compenser des températures ambiantes de 30°C. Il faut néanmoins tenir compte du fait que l'étude portait sur des lamas en âge moyen qui n'avait à accomplir que peu de travail corporel et ainsi pouvaient profiter d'un mécanisme de thermorégulation optimal.

 

            A partir de ces résultats il est clair qu'une tonte améliore la thermorégulation de telle façon que la température corporelle peut diminuer de 0,5 °C environ par rapport aux lamas non tondus et que ainsi le risque de stress de chaleur pour ces animaux est réduit.

 

           Les lamas tondus à moitié n'ont montré aucune différence avec les lamas non tondus si bien que ce type de tonte ne semble pas améliorer la thermorégulation.

 

            La tonte régulière est nécessaire pour la protection des lamas et leur santé tout d'abord. Ensuite, même quand les lamas ne montrent pas de signes de maladies, il peut arriver que les performances de fertilité soient réduites aussi bien chez les mâles que chez les femelles.

 

          Juste après la tonte il faut veiller à ce que les lamas ne soient pas exposés à des climats extrêmes et ne prennent pas froid .La croissance de la laine pouvant être relativement peu importante il faudra ne pas tondre trop tard dans l'année pour que la laine ait suffisamment repoussée avant les températures les plus basses.

 

         A l'inverse il est important, quand on a pratiqué une tonte en pleine chaleur, de laisser 1 cm de laine sur la peau pour la protéger des ardeurs du rayonnement solaire.

 

         La fréquence des tontes dépend beaucoup de la croissance de la laine pour un individu donné. Pour les alpagas et les wooly-lamas sera préconisé un intervalle de 1 à 2 ans entre 2 tontes(*)

 

On peut tondre les lamas classiques moins fréquemment.

 

En plus de la tonte peuvent être prises d'autres mesures pour la prophylaxie du stress de chaleur.

 

De l'eau en quantité et qualité suffisantes à libre disposition, des aires ombragées où les lamas peuvent accéder librement en été.

 

La santé et l'alimentation des animaux doivent être contrôlées régulièrement pour une détection précoce des maladies et pour éviter un engraissement excessif qui entrave le bon fonctionnement de la thermo régulation.

 


Vidéos :



Quelques photos :